Arbitrage

Générateur de thèmes :

Pas de thème généré.

Les catégories :


[01]  ► A la manière d'un film d'espionnage 
[02]  ► A la manière d'un film de super-héros 
[03]  ► A la manière de... 
[04]  ► Abécédaire 
[05]  ► Assis, debout, accroupi, couché 
[06]  ► Aventure 
[07]  ► Bande-annonce / Preview 
[08]  ► Bibliothèque 
[09]  ► Bibliothèque avec réplique 
[10]  ► Bonneteau 
[11]  ► Bouche voilée 
[12]  ► Bras de l'autre (les) 
[13]  ► Cadavre exquis 
[14]  ► Carré Hollandais 
[15]  ► Carte blanche 
[16]  ► Chaises musicales 
[17]  ► Champ lexical imposé 
[18]  ► Chantée 
[19]  ► Commedia d'ell arte 
[20]  ► Compétition de caucus 
[21]  ► Comédie musicale 
[22]  ► Conférence de presse 
[23]  ► Contact 
[24]  ► Conte des mille et une nuits 
[25]  ► Conte détourné 
[26]  ► Contes & Légendes 
[27]  ► Croisement 
[28]  ► DVD 
[29]  ► Dans le noir 
[30]  ► Dessin animé 
[31]  ► Dictionnaire 
[32]  ► Dictionnaire des noms propres 
[33]  ► Dramatique 
[34]  ► Duel de caucus / Populo caucus 
[35]  ► Echange de caucus 
[36]  ► Elément perturbateur© 
[37]  ► Envolée lyrique 
[38]  ► Epistolaire 
[39]  ► Epopée médiévale 
[40]  ► Etages (ou montage / démontage) 
[41]  ► Exagération 
[42]  ► Exercice de style 
[43]  ► Faux débat 
[44]  ► Feuilleton 
[45]  ► Figure de style 
[46]  ► Film d'horreur 
[47]  ► Fin des phrases (la) 
[48]  ► Fusillade 
[49]  ► Fusillade mixte (mitraillade) 
[50]  ► Fusillade solo 
[51]  ► Fusillade sonore 
[52]  ► Histoire du monde 
[53]  ► Horoscope 
[54]  ► Huit clos 
[55]  ► Humeurs en cinq temps 
[56]  ► Il était plusieurs fois 
[57]  ► Immobile 
[58]  ► Intervention de l'arbitre 
[59]  ► Intervention du public / Interactive 
[60]  ► Jukebox 
[61]  ► La bombe 
[62]  ► Libre 
[63]  ► Marionnettes 
[64]  ► Masque 
[65]  ► Maître Capello 
[66]  ► Metteur en scène 
[67]  ► Mort théâtrale 
[68]  ► Mot caché 
[69]  ► Objet détourné / Avec accessoire 
[70]  ► Objets imposés / profusion d'objets 
[71]  ► On connait les paroles 
[72]  ► Peau de chagrin / Dégressive 
[73]  ► Peplum 
[74]  ► Playback / Doublage Américain 
[75]  ► Point de vue 
[76]  ► Porno censuré / Erotico-suggestif 
[77]  ► Possédé 
[78]  ► Poursuite 
[79]  ► Poursuite multiple 
[80]  ► Poursuite multiple voilée 
[81]  ► Procès 
[82]  ► Progressive 
[83]  ► Rimes imposées 
[84]  ► Rimée 
[85]  ► Roman photo 
[86]  ► Roman policier / film policier 
[87]  ► Rétrospective 
[88]  ► Sans Caucus 
[89]  ► Sans limite d'espace 
[90]  ► Sans paroles 
[91]  ► Sans toucher le sol© 
[92]  ► Sans verbe pendant une minute 
[93]  ► Saute-mouton 
[94]  ► Science-fiction 
[95]  ► Si tu vois ce que je veux dire 
[96]  ► Siamois 
[97]  ► Silencieuse 
[98]  ► Sitcom 
[99]  ► Spot publicitaire 
[100]  ► TV hebdo 
[101]  ► Théâtre Nô 
[102]  ► Théâtre antique 
[103]  ► Théâtre de boulevard / Vaudeville 
[104]  ► Tics imposés 
[105]  ► Tous meurent à la fin 
[106]  ► Travail à la chaîne 
[107]  ► Travelling 
[108]  ► Triathlon 
[109]  ► Téléphone arabe 
[110]  ► Univers parallèles 
[111]  ► Vidéo-way / Zapping télé 
[112]  ► Voyage dans le temps 
[113]  ► Western 
[114]  ► Zapping / Impro Clap 
[115]  ► Zones d'émotion 

Descriptions :

[1] A la manière d'un film d'espionnage : La référence nous vient de Ian Fleming et de son célèbre James Bond. Poursuites, cascades, psychologie, action, pistolet silencieux et gadgets à gogo ont toute leur place dans cette catégorie.

[2] A la manière d'un film de super-héros : Penser à ne pas forcément utiliser des stéréotypes de super héros. Pensez qu’un super héros a souvent une identité secrète, est quelqu’un de torturé (parfois par son passé), souffre de ne pas pouvoir révéler qui il est à ceux qu’il aime sous peine de les mettre en danger, etc.

[3] A la manière de... : Marcel Pagnol, Anton Tchekhov, Molière, William Shakespeare, Eugène Ionesco, Kafka, Zola, Tex Avery, Jean Racine, Charlie Chaplin, Alfred Hitchcock, Lewis Carroll, Marquis de Sade, Jacques Tati, Jean-Luc Godard, Andersen, Victor Hugo, Michel Audiard, Steven Spielberg, Federico Fellini, Jules Verne, La Fontaine...

[4] Abécédaire : (inversé ou non) La première réplique commence par 'A...'. La seconde par 'B...'. L'impro se termine à 'Z...'.

[5] Assis, debout, accroupi, couché : On ne doit jamais voir sur scène deux postures identiques parmi ces quatre.

[6] Aventure : 'On dirait qu'on marche sur des biscuits secs, Mister Jones'. Le chapeau vissé sur la tête, le fouet au côté et voilà Indiana Bones, parti à la recherche de trésors oubliés. Grands espaces, tribus hostiles, héroïnes en détresse, trésors et malédictions sont les ingrédients de base de ce cocktail coloré, riche en rebondissements et actions.
Exemples de personnages : Aventurier, aventurière, méchants, gardien de trésors, indigènes, monstres, guide, contrebandier, escroc, momie, fanatiques de tous poils

[7] Bande-annonce / Preview : Il s’agit ici d’une improvisation à la manière d’une bande annonce de film. 1 min 30, doit se terminer par le titre du film et la date de sortie.

[8] Bibliothèque : Cette catégorie est dans le même esprit que la catégorie À la manière de… Ici le maître de jeu donne à deux lecteurs un extrait à deux personnages d’une oeuvre tirée généralement du répertoire théâtral ( classique ou contemporain ). Mais cela peut aussi bien être un extrait tiré d’un scénario, d’une bédé ou autre. Les deux improvisateurs y vont d’une lecture publique et quand le maître de jeu enlève le livre les improvisateurs doivent continuer en respectant le style, le niveau de langage, l’ambiance, les éléments d’écriture et les personnages imposés par l’oeuvre choisie.

[9] Bibliothèque avec réplique : Un improvisateur par équipe est invité sur la scène. L’un des comédiens se voit remettre l’extrait d’une pièce à deux personnages et doit faire la lecture des répliques d’un personnage donné pendant que l’autre comédien doit improviser ses répliques. Une fois l’impro complétée, les deux improvisateurs inversent les rôles.

[10] Bonneteau : De préférence 3 jouteurs. 1 joue mais fait la voix de 2; 2 joue mais fait la voix de 3; 3 joue mais fait la voix de 1.

[11] Bouche voilée : Une improvisation où en aucun temps on ne doit voir la bouche des improvisateurs quand ils parlent.

[12] Bras de l'autre (les) : Chaque joueur a les mains dans le dos, et un autre joueur derrière lui qui fait ses bras.

[13] Cadavre exquis : Le maître de jeu choisit au hasard un lieu, des personnages et une action et les improvisateurs doivent composer avec ces éléments pour écrire une improvisation cohérente. Ex : Dans salon funéraire, un astronaute et une coiffeuse doivent faire une partie de bras de fer.

[14] Carré Hollandais : Quatre improvisateurs forment un carré. Chaque coté formé par deux d'entre eux a un thème. L'arbitre fait tourner le carré.

[15] Carte blanche : Le maître de jeu désigne au hasard un improvisateur. Ce dernièr aura carte blanche pour la prochaine improvisation. Il décide des contraintes ainsi que des improvisateurs qui la joueront. Le joueur qui a la carte blanche ne peut jouer au cours de cette improvisation.

[16] Chaises musicales : La durée est à l'appréciation de l'arbitre. Le MC installe 3 chaises face au public. 2 joueurs de chaque équipe tournent autour au son d'une musique entraînante. Le DJ ou musicien arrête la musique et les joueurs s'assoient sur une chaise. Bien évidemment il en reste un debout qui doit aller se placer derrière les chaises. Chaque joueur assis va alors composer un personnage et l'improvisation naît de leur interaction. Dés que la musique retentit à nouveau les 4 joueurs tournent autour des chaises. Lorsque celle-ci s'arrête les joueurs s'assoient et prennent le personnage qui était associé à chaque chaise.

[17] Champ lexical imposé : Un champ lexical est imposé par l'arbitre (par exemple le jardinage), les comédiens doivent l'utiliser au maximum (par exemple "se prendre un rateau", "Rouler une pelle"...)

[18] Chantée : Tout doit être chanté. Pas forcément sur des airs connus.

[19] Commedia d'ell arte :

[20] Compétition de caucus : Les jouteurs se placent en ligne en fond de scène. L'arbitre annonce un thème, puis chaque jouteur s'avance et propose un caucus. S'il est jugé bon (par l'arbitre ou l'applaudimètre), il se replace en fond de scène. Sinon, il est éliminé.

[21] Comédie musicale : Du chant, de la danse, des dialogues (en alternance).

[22] Conférence de presse : Un joueur d’une équipe a 30 secondes pour faire une improvisation solo dans laquelle il simule une conférence de presse sur un sujet qu’il choisit. Au bout des 30 secondes, l’arbitre siffle, et les 3 joueurs de l’équipe adverse qui étaient dispersés dans la foule peuvent maintenant poser des questions au conférencier, qui devra y répondre. Par la suite, on alterne. L’équipe qui posait des questions envoie un conférencier et vice-versa.

[23] Contact : C’est une improvisation où l’improvisateur doit être continuellement en contact physique avec au moins un autre improvisateur.

[24] Conte des mille et une nuits : Les contes orientaux peuvent être pris comme référence. Des princesses, le désert, des chameaux, des oasis, des génies… Voilà un imaginaire qui permet de faire des propositions d’histoires plutôt sympathiques.

[25] Conte détourné : Le but est de détourner un conte connu. Le détournement peut être de plusieurs natures : on transpose l’époque, on fait la suite de l’histoire, on suit un autre personnage (par exemple on suit le loup du petit chaperon rouge), etc. Le principal étant de retrouver des éléments du conte donné. L'arbitre propose 3 contes à l'équipe ayant gagné le lancer de palet, puis l'autre équipe choisit parmi les deux restants.

[26] Contes & Légendes :

[27] Croisement : uniquement en mixte avec un joueur par équipe ; les deux joueurs doivent s'échanger leur personnage quand l'arbitre siffle.

[28] DVD : L'arbitre énonce le titre d'un film qu'il laisse jouer. Il peut ensuite à sa convenance demander à voir les bonus le making off ou même de l'anglais Sous-titré en Yougoslave.

[29] Dans le noir : (On peut la faire comparée ou sexes différents si en mixte pour pouvoir différencier les équipes) Le noir absolu est fait dans la salle. Un micro peut être donné aux joueurs qui doivent alors se le prêter.

[30] Dessin animé :

[31] Dictionnaire : Un mot extrait du dictionnaire est donné comme thème par l'arbitre. L'équipe ayant trouvé sa définition et l'ayant décrite lors de son improvisation marque un point supplémentaire avant le vote du public.

[32] Dictionnaire des noms propres : Le thème est le nom d’une personnalité du dictionnaire. Si le coeur de l’impro correspond à ce qu’a été le personnage choisi, l’équipe gagne un point supplémentaire avant le vote du public.

[33] Dramatique :

[34] Duel de caucus / Populo caucus : A l'issue du caucus, le capitaine de chaque équipe énonce le caucus trouvé pendant les 20 secondes. Le public vote pour choisir celui qu'il désire voir jouer.

[35] Echange de caucus : (en comparée) à l'issue du caucus, le capitaine de chaque équipe énonce le caucus trouvé pendant les 20 secondes. Les chaque équipe va devoir jouer le caucus de l'autre

[36] Elément perturbateur© : Un jouteur ne voit pas le début de l'impro (environ 1 min - 1 min 30), puis il doit rentrer avec un personnage fort, et les autres doivent accepter et l'intégrer à leur impro. Prévoir casque et bandeau pour l'improvisateur qui ne voit pas le début !

[37] Envolée lyrique : Au coup de sifflet, le jouteur doit partir dans une très longue tirade, jusqu'à ce que l'arbitre siffle à nouveau pour l'arrêter, et reprendre l'impro

[38] Epistolaire : Deux improvisateurs seulement, qui parlent à tour de rôle comme s'ils s'envoyaient des lettres, télégrammes, emails...

[39] Epopée médiévale :

[40] Etages (ou montage / démontage) : On a 1 thème par étage. On commence au 1er, où un improvisateur est seul. Puis au 2ème ils sont deux. Au 3ème ils sont 3. Et l'arbitre peut changer d'étage quand il veut.

[41] Exagération : Il est question ici de reprendre l'improvisation qui vient d'être jouée et d'en exagérer un ou plusieurs éléments. L'improvisation se joue en trois ou quatre étapes de temps égal.

[42] Exercice de style : Une improvisation d'environ 1 minute est jouée. Elle est ensuite rejouée sous plusieurs autres catégories, mais on doit voir des similitudes avec la première impro.

[43] Faux débat : Un débat à la con (par exemple : pour ou contre les fruits de mer). Un improvisateur de chaque équipe se voit imposer de défendre le « oui » ou le « non ». Un improvisateur fait l’animateur, un autre fait les interventions extérieures (appels des spectateurs, journalistes, réseaux sociaux…).
Règle d’or : on peut s’engueuler, mais quand le présentateur parle, on se tait !
On peut être de mauvaise foi, sortir de faux chiffres, sortir des affaires sur son adversaire... Pensez aux vrais débats !
Inspiré de ce sketch des Nous C Nous, à voir.

[44] Feuilleton : Impro en deux parties. Ces deux parties sont la suite l'une de l'autre et annoncée comme « premier épisode » et « suite et fin » mais avec le même titre. Le premier épisode et la « suite et fin » seront joués au cours de la même période mais séparés d'au moins trois impros. Bien entendu, les jouteurs reprendront l'histoire et leurs rôles respectifs lors de la « suite et fin ». Avant le caucus de la « suite et fin », le maître de cérémonie fera un résumé du premier épisode.

[45] Figure de style : Mixte ou comparée, les joueurs vont improviser 5 fois la même impro avec 5 styles imposés par l'arbitre ou le maitre de cérémonie (généralement 5 fois 1 minute).
Ex : Péplum, Film d'action, muette, film de Sciences Fictions, Cinéma d'auteur.

[46] Film d'horreur : 'On se sépare en deux : un à la cave, un au grenier !' Un château, un lieu isolé, et au coeur de la nuit surgit la menace, le monstre : vampire, suppôt du diable, fantôme, alien ou serial killer. Les groupes ont la fâcheuse tendance à se séparer pour permettre à la créature de frapper sa victime isolée. L'ambiance est lourde, pesante et l'angoisse à fleur de peau.
Exemples de personnages : Hommes + femmes + monstre + tronçonneuse

[47] Fin des phrases (la) : Une personne du public par jouteur. Chacun des jouteurs va jouer en ne terminant pas sa phrase, qui sera terminée par la personne du public qui lui correspond (de préférence en disant quelque chose qui n'a rien à voir !)

[48] Fusillade : Chaque joueur monte sur scène (on alterne les équipes), un thème lui est donné, il a 30 secondes pour improviser tout seul dessus.

[49] Fusillade mixte (mitraillade) : 6x1 jouteur par équipe et 6x1 minute. Petite variante de la fusillade classique (la comparée). Un jouteur de chaque équipe monte sur la patinoire. L'arbitre donne le premier thème et les jouteurs improvisent ensemble pendant une minute. A la fin de cette minute, cette impro est terminée et deux autres jouteurs (un de chaque équipe) les remplace, nouveau thème etc. D'autres jouteurs ne peuvent pas monter en cours d'impro. Le nom de la catégorie reste simplement fusillade mais elle sera annoncée en tant que mixte. Attention lors de l'écoute des thèmes.

[50] Fusillade solo : C'est une fusillade comparée classique à l'exception qu'ici, un seul improvisateur jouera les six thèmes de 30 secondes donnés à son équipe.

[51] Fusillade sonore : Même principe que la fusillade classique, mais un bruit est donné au lieu d'un thème.

[52] Histoire du monde : Un passage de l'histoire du monde servira de synopsis à l'improvisation.

[53] Horoscope : Le maître de jeu fera la lecture de l'horoscope du signe astrologique d'un spectateur choisi au hasard. Les éléments contenus dans la lecture de cet horoscope serviront à l'écriture de l'improvisation.

[54] Huit clos : Les improvisateurs incarnent des personnages qui se connaissent et qui sont réunis dans un lieu clos pour régler un problème qu’ils ont en commun. Aucune entrée, aucune sortie, nombre de jouteurs imposé.

[55] Humeurs en cinq temps : Cinq humeurs sont imposées par le maître de jeu. L’improvisateur devra en incarner une première et à chaque fois qu’il entendra la cloche il devra passer à une autre sans que l’on sente la coupure. Il doit faire l’effort de justifier le changement en le rendant cohérent.

[56] Il était plusieurs fois : 2 conteurs, le premier commence puis le second prend le relais en le contredisant : "Non, cela ne s’est pas vraiment passé comme ça, à ce moment là ils ont… "
Attention à ne pas faire reculer l’histoire mais simplement à la faire changer de direction….

[57] Immobile : (comparée) Pas de mouvements durant le jeu. Seul les muscles du visage (mais pas la tête) peuvent bouger. Les changements de position sont autorisés via un passage clair par la réserve.
Remarque : Il faut partir sur des improvisations pleines de mouvement. C'est paradoxal mais c'est ainsi que ça devient drôle. Eviter le blabla.

[58] Intervention de l'arbitre : L'arbitre peut interrompre une improvisation pour en changer le cours.

[59] Intervention du public / Interactive : L'arbitre peut interrompre une improvisation, proposer un choix au public pour la suite de l'impro. Le public vote et les comédiens s'exécutent !

[60] Jukebox : L'arbitre impose que les dialogues soient chantés sur des airs d'artistes connus (demandés au public en début d'impro). Il change d'artiste en cours d'impro.

[61] La bombe : 2 jouteurs uniquement. Un des deux possède un objet (caché) dont il doit vanter les mérites pendant une minute. Au bout de ce temps, il l'offre à l'autre, qui l'ouvre.

[62] Libre : Tout est dit dans ce mot. C'est la catégorie reine car l'imagination des improvisateurs est sans limites

[63] Marionnettes : C’est une improvisation avec une ou des marionnettes et où le manipulateur ne peut en aucun temps devenir comédien. On peut avoir un ou plusieurs manipulateurs. En plus du manipulateur le maître de jeu peut imposer un ou plusieurs improvisateurs. Ceux-ci doivent incarner un personnage mais ne peuvent pas devenir manipulateurs. Des castelets sont proposés aux manipulateurs mais ne sont que facultatifs, en autant que le public puisse croire au personnage de la marionnette.

[64] Masque : Les improvisateurs doivent jouer avec les masques imposés par le Maître de jeu. Il peut s’agir de masque neutre, demi-masque, masque de commedia ou tout autre genre de masque. Les joueurs doivent se servir du masque qui leur est imposé pour composer leur personnage et écrire leur improvisation.

[65] Maître Capello : L'arbitre peut interrompre un jouteur pour lui demander la définition du dernier mot qu'il vient de prononcer. Il doit la donner comme s'il lisait un article de dictionnaire.

[66] Metteur en scène : Un joueur d’une équipe met en scène l’improvisation de l’autre. Puis vice-versa.

[67] Mort théâtrale : (uniquement en comparée) un joueur par équipe, en général sans limite de temps ; chacun doit respecter un lieu et un objet (choisis par le public) et s'y mettre dans une situation finissant par un suicide.

[68] Mot caché : Un mot est dévoilé au public mais caché aux improvisateur. Lorsque le mot est prononçé sur scène, le public réagi d’une façon imposée par le maître de jeu. Si l’équipe devine le mot elle gagne un point supplémentaire avant le vote du public.

[69] Objet détourné / Avec accessoire : L'arbitre donne un objet qui ne devra jamais être utilisé pour sa vraie fonction, et peut changer de fonction en cours d'impro.

[70] Objets imposés / profusion d'objets : On demande une dizaine d'objets au public qui devront tous être détournés.

[71] On connait les paroles : Les jouteurs ne peuvent parler qu'en citant des paroles de chansons (sans toutefois les chanter).

[72] Peau de chagrin / Dégressive : une même improvisation est jouée plusieurs fois, quatre fois la plupart du temps, sur une durée à chaque fois plus courte (en général réduite de moitié : 2 minutes, 1 minute, 30 secondes et 10 secondes).

[73] Peplum : 'Arrête ton char Ben-Hur !' L'action se situe dans l'antiquité et fait intervenir des personnages ou des situations historiques, mythologiques ou bibliques sous forme de saga. Ce genre cinématographique sent bon le cinéma de quartier cher à Monsieur Eddy, où la super production avec sa horde de figurants n'est jamais bien loin du décor en carton-pâte.
Exemples de personnages : Dieux, déesses, esclave, empereur, roi, reine, seigneur, héros à gros biscotos, traîtres, monstres, prophètes, pharaon, grand prêtre, guerrier, messager

[74] Playback / Doublage Américain : des comédiens jouent dans la patinoire, et d'autres font leurs voix (on croise les jouteurs des équipes). S'il y a des entrées, il faut faire entrer simultanément un "corps" et une "voix".

[75] Point de vue : C’est une improvisation où différents narrateurs (souvent 4) donnent leur version de la même histoire.
Ex : dans une laverie : un client, une machine à laver, une chaussette, le gardien.

[76] Porno censuré / Erotico-suggestif : Tout ce qui fait un film porno, sans les scènes à limitation d'âge.

[77] Possédé : L'arbitre donne à chaque joueur une entité par lequel il est parfois possédé pendant l'impro.
Ex : Johnny Hallyday, Louis de Funès...

[78] Poursuite : (uniquement en comparée) une équipe commence une improvisation que l'autre équipe doit terminer

[79] Poursuite multiple : Même système que la poursuite, sauf que suivant un schéma A-B-A-B, chaque équipe joue deux fois

[80] Poursuite multiple voilée : Même déroulement que la poursuite multiple à l’exception que l’équipe qui ne joue pas ne doit en aucun temps voir l’improvisation de l’autre équipe. Elle n’a que le son comme seul point de repère.

[81] Procès : Un membre du public est accusé d’un délit. Une troupe représente la couronne et l’autre la défense. Cchaque troupe mandate un improvisateur qui jouera le rôle de l’avocat. Dans un premier temps, à tour de rôle, les avocats présentent leur cause et interrogent l’accusé au besoin. Dans un deuxième temps et toujours à tour de rôle, les avocats font venir à la barre des témoins qui sont personnifiés par la troupe adverse.

[82] Progressive : Inverse de la catégorie "Peau de chagrin / Dégressive". Une improvisation est jouée en 10 secondes, puis on la rejoue en augmentant la durée.

[83] Rimes imposées : on impose à chaque coup de sifflet une rime aux joueurs, toutes leurs phrases devant terminer par ce son.

[84] Rimée : Les jouteurs doivent prononcer à chaque fois au moins deux tirades par réplique, en les faisant rimer.

[85] Roman photo : Les scènes sont jouées selon une succession de plans arrêtés pour représenter les photos accompagnées de voix-off faisant parler les personnages. Digne représentant de la littérature populaire, les histoires à l'eau de rose y fleurissent souvent.

[86] Roman policier / film policier : Comme dirait ma femme…'De l'immanquable Cobombo à Starsky et Hutch en passant par Sir Arthur Conan Doyle et Agatha Christie, il y a une infinité de sous-styles. Une chose reste : un crime, un ou plusieurs enquêteurs, des suspects et des coupables.
Exemples de personnages : Enquêteurs, des suspects

[87] Rétrospective : Film à l'envers : on joue la dernière scène, puis la précédente, qui doit finir par la même phrase que celle qui commencait la scène jouée avant (puisque c'était la suivante)

[88] Sans Caucus : Après le coup de sifflet de fin de lecture de thème, le coach désigne du doigt le jouteur qui monte et ça commence. Toute autre forme de communication est interdite avant l'impro.

[89] Sans limite d'espace : Improvisation libre où la salle entière devient la scène.

[90] Sans paroles : Bla-Bla, Blo-blo, bang ! ! ? !' Interdiction formelle de parler, en revanche le 'gromelot' (il s'agit de parler une pseudo-langue en formant des sons plus ou moins articulés), onomatopées et divers bruitages 'à la bouche' sont bienvenus

[91] Sans toucher le sol© : Les comédiens incarnant des personnages ne peuvent prendre la parole que lorsqu'ils ne sont pas en contact avec le sol. Tous les coups sont permis.

[92] Sans verbe pendant une minute : pas le droit d’utiliser des verbes pendant une minutes, il faut construire par d’autres moyens (mime, etc.). Au bout d’une minute au coup de sifflet, l’impro peut continuer normalement.

[93] Saute-mouton : Il s’agit de quatre improvisations différentes avec un thème différent pour chacune des improvisations. La première improvisation se joue avec un improvisateur et on rajoute un improvisateur à chaque improvisation qui suit. Puis on redescend à rebours jusqu’à la première en enlevant un improvisateur à chaque fois.

[94] Science-fiction : 'Torpilles photon parées à faire feu, Capitaine'. L'univers est notre seule limite, chaque objet devient un modulateur bi-synchrone à flux de neutrinos, l'espace et le temps ne sont plus que de simples variables. Star-Treck, Babylone 5, Star-Gate, 2001, Blade-runner, Dune : les exemples ne manquent pas.
Exemples de personnages : Capitaine de vaisseau, scientifique, monstre gluant, alien, voyageur de temps, entité immortelle et très sage, médecin, mécanicien du vaisseau, flic, personnage infecté par un virus / parasite

[95] Si tu vois ce que je veux dire : Toutes les répliques doivent se terminer par "Si tu vois ce que je veux dire"

[96] Siamois : 2 par 2 sur scène, bras dessus bras dessous, on fait 1 personnage en disant un mot chacun

[97] Silencieuse : Pas un bruit même un bruit de chaussure n'est autorisé : c'est du mime.

[98] Sitcom : Salut les Garçons… Salut Hélène'. Sitcom pour comique de situation. On a tous vu Rolène et les Garçons, Dix-huit ça suffit et autres séries du genre. Décors en studio, idéalisation de la vie quotidienne, vocabulaire minimaliste, personnages caricaturaux, pas de sujets graves mais un traitement dramatique de sentiments superficiels.
Exemples de personnages : Ado, blonde, prof, père et mère de famille, frère, soeur, amoureux transi

[99] Spot publicitaire : 'Avec Impropro, mon impro fait plus pro' Tout comme la publicité télévisuelle, le but est de faire passer un message commercial avec l'impact maximum pendant un temps très court.
Exemples de personnages : Consommateurs, utilisateurs, professionnels, conseils

[100] TV hebdo : L'arbitre lit un résumé de film extrait d'un magazine télé, de même que sa critique et sa cote. Les improvisateurs doivent par la suite recréer le film (avec toutes ses contraintes : scénario, critique et cote). Cette catégorie peut être mixte ou comparée. Dans le cas d'une comparée, il y aura deux résumés de films mais un seul est lu pendant l'énoncé du thème. Après le caucus, l'équipe désignée par le puck a le choix de commencer ou non et donc d'accepter ou non de jouer le résumé du 1er film qu'on vient de lui lire. Dans le cas où elle refuse, l'équipe adverse devra commencer avec ce résumé. A la fin de la première impro, le deuxième résumé sera lu et un deuxième caucus sera donné à l'équipe avant de commencer

[101] Théâtre Nô :

[102] Théâtre antique :

[103] Théâtre de boulevard / Vaudeville : 'Ciel, mon mari ! !' Comédie bourgeoise où, d'amants dans le placard, et de maris trompés en cadavre sous le lit, les quiproquos et hasards alimentent des situations burlesques au rythme rapide et aux rebondissements incessants.
Exemples de personnages : Mari, femme, amant, maîtresse, majordome, soubrette, avocat, prêtre

[104] Tics imposés : Chaque personnage entrant sur scène se voit imposer par l'arbitre un tic, gestuel ou de langage.

[105] Tous meurent à la fin : Tous les improvisateurs participant au match doivent mourir avant la fin de l'impro.

[106] Travail à la chaîne : La phrase d’un improvisateur doit obligatoirement commencer par le dernier mot de l’autre improvisateur.

[107] Travelling : Dès qu'un personnage sort de scène, on le suit et l'impro continue sur lui. Le traveling doit suivre chaque sortie de chacun.

[108] Triathlon : Le maître de jeu impose trois catégories et un thème. À chaque coup de sifflet les improvisateurs doivent passer de l’une à l’autre sans heurt comme si le changement était justifié dans l’écriture de leur improvisation.

[109] Téléphone arabe : Tous les joueurs sauf 2 vont dans un lieu ou ils ne peuvent rien voir ni entendre. Un joueur se tient prêt à jouer et l'autre l'observe en réserve. L'arbitre énonce le thème pour une improvisation de 45 secondes. L'improvisation finie, le deuxième entre en jeu. Le MC fait entrer un joueur qui était sorti pour qu'il aille à son tour en réserve. Chaque joueur va passer ainsi et va reproduire ce qu'il voit en le modifiant légèrement ou non. Quand tout le monde est passé le premier joueur refait son improvisation afin que l'on compare le début et la fin.

[110] Univers parallèles : Dans la même impro, un ou deux comédiens crée un univers, et un ou deux autres comédiens joue dans un autre univers à priori très éloigné. Le but étant qu’à la fin de l’impro, les deux univers se rejoignent et ne forment qu’une seule et même histoire. La catégorie est difficilement mise en place avec une équipe de trois comédiens, elle était plus utilisée lorsqu’ils étaient quatre par émission.

[111] Vidéo-way / Zapping télé : 3 joueurs de chaque équipe rentrent immédiatement sur scène et se regroupent par 2 (un joueur de chaque équipe). L'arbitre choisit 3 chaînes de télévision thématiques puis donne un thème. Chaque binôme se concerte et l'improvisation peut commencer. L'arbitre appelle chaque chaîne en zappant.

[112] Voyage dans le temps :

[113] Western : 'Il y a deux sortes de gens : ceux qui ont un flingue chargé et ceux qui creusent'. Une diligence, un saloon, un troupeau de vaches, et voilà tu n'as plus que deux amis, le premier c'est ton fidèle cheval et le deuxième est ton vieux COLT 'Peacemaker' glissé à ta ceinture. Prépare-toi, John Wayne, ici on boit le whisky cul sec et on dégaine vite !
Exemples de personnages : Entraîneuse de saloon , vieux chercheur d'or, indiens, cow-boy, shérif, chasseur de prime, desperados, serveur de saloon, croque-mort, joueur de poker

[114] Zapping / Impro Clap : Improvisation sans thème où à chaque coup de sifflet, les joueurs figent et doivent recommencer une autre improvisation en s’inspirant de leur position.

[115] Zones d'émotion : La zone de jeu est découpée en 4 parties égales. Chacune d'entre elles correspondra à une humeur définie par l'arbitre (habituellement : joie, tristesse, colère, peur).